Eine französische Hyperfee

Eine zwischen recht verschiedenen Polen schillernde, vielschreibende und nicht wenig visionäre Persönlichkeit war laut deutschem Wikipedia-Artikel der uns bis dato weitgehend unbekannte französische Utopist und Gesellschaftstheoretiker Charles Fourier. Seine Aufnahme in die katalogischen Tiefen rheinseins verdankt sich, auch wenn er sie ganz rheinunabhängig dafür verdient hätte, nicht seiner frühen Forderung nach einem bedingungslosen Grundeinkommen, sondern den angeblich nichtexistenten Basler Rheindämpfen in seinem Werk La médecine positive harmonique und seiner Vorstellung einer Hyperfee der französischen Rheinarmee in Le nouveau monde industriel et sociétaire (Die neue industrielle und sozietäre Welt, oder die Erfindung eines anziehenden und natürlichen Industrieverfahrens, das die Arbeit in leidenschaftliche Serien aufteilt) von 1829, in dem er sich, leicht verändert, hier wiedergegeben, aus seiner Théorie de l’unité universelle I von 1822 selbst zitiert:

„Quant aux familles bourgeoises qui ne s’occupent qu’à gagner de l’argent, elles ne donnent aucun soin aux dents des enfants ; et ce qui le prouve, c’est que plusieurs villes situées en pays très-salubre, comme Genève et Bâle, fourmillent de gens qui ont des râteliers gâtés à l’âge de 30 ans.
Si on veut écouter les Bâlois et Genevois, ils accuseront les brouillards du Rhin, les brouillards du lac : pitoyable excuse ! un fleuve rapide et encaissé comme le Rhin l’est à Bâle, n’engendre pas de vapeurs nuisibles : il en est de même des rapides ruisseaux qui arrosent la campagne de Bâle.” (Charles Fourier, La médecine positive harmonique, Théorie de l’unité universelle II (1822))

„F. 4°. Valère souhaiterait fort d’être admis d’une superbe armée industrielle de 9e degré (environ 200,000 hommes et 200,000 femmes), qui va tenir campagne sur le Rhin, y construire, dans le courant de la belle saison, des ponts de pierre, des encaissements, et y donner chaque soir des fêtes magnifiques. Pour s’y faire admettre, il faudrait que Valère eut fait huit campagnes ; il n’en compte que 2 : il est inadmissible à une année de 9e degré, hors les cas d’exception. Urgèle occupe le poste de haute matrone ou hyper-fée de l’armée du Rhin, tenant le ministère des sympathies accidentelles pour les 400,000 hommes et femmes. Elle déclare que Valère lui sera utile dans telle branche de travail ; c’est cas d’exception pour lui ; il sera admis si cette belle armée, quoiqu’il manque de titres ; mais il part comme attaché aux bureaux de l’hyper-fée.“ (Charles Fourier, Théorie de l’unité universelle I (1822))

„F. 4° Valère désire d’être admis à une armée industrielle de 9e degré (environ 300 000 âmes dont 100 000 femmes) qui va faire campagne sur le Rhin, y construire, dans le courant de la belle saison, des ponts, des encaissements, et y donner chaque soir des fêtes magnifiques. Pour s’y faire admettre, il faudrait que Valère eût fait 8 campagnes, il n’en compte que 2 ; il est inadmissible à une armée de 9e degré hors les cas d’exception.”
„Urgèle occupe le poste de Haute Matrone, ou Hyperfée de l’armée du Rhin, exerçant le ministère des sympathies accidentelles pour les 300 000 hommes et femmes. Elle déclare que Valère lui sera utile dans telle branche de travail; c’est cas d’exception pour lui, il sera admis à cette belle armée quoiqu’il manque de titres; il part, comme attaché aux bureaux de l’Hyper-fée.“ (Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire  (1829), Sections IV, V, VI et VII. Postface)